Quand les mains nous parlent

Quand les mains nous parlent© inclunea

Même quand on ne parle pas, notre corps parle pour nous: attitudes, expressions du visage, mimiques, gestes… et les mains s’en donnent aussi à cœur joie. Bonjour, salut, au revoir, viens, chut… et bien d’autres sont des gestes, des signes qui font déjà partie de notre quotidien. D'ailleurs, pour certains, les mains sont devenues un appui au langage et pour d’autres un réel substitut. Faisons donc un focus sur la langue des signes et les méthodes qui en découlent.

Les signes au service des personnes sourdes

Le langage des signes : une langue à part entière 

La Langue des Signes est utilisée par les personnes sourdes et / ou muettes. Elle a son lexique, son abstraction et sa propre grammaire. Sa syntaxe répond à une logique visuelle et non auditive, ce qui fait qu’elle est différente du langage parlé. Elle fait partie de “la culture sourde”. Le centre national d’information sur la surdité explique que “les signes sont basés sur l’utilisation des mains, du regard et de l’espace : les configurations des mains, leur emplacement, leur orientation et leur mouvement forment des signes qui équivalent à des mots, disposés devant soi comme sur une scène de théâtre”. Il précise également que la disposition de ces signes, ainsi que la direction du regard, permettent de visualiser les relations (actif, passif…), le temps (signes tournés vers l’arrière pour le passé, vers l’avant pour le futur). Le visage et le mouvement des épaules servent aussi à exprimer les nuances du discours.” En ce qui concerne les noms propres, ils sont épelés grâce à la dactylologie (alphabet signé).

Alphabet Dactylologique
L'alphabet dactylologique pour épeler des noms propres. © injs bordeaux

La langue des Signes Française : LSF

Comme son nom l’indique ses signes répondent à un lexique français. La LSF n’est donc pas universelle. Si vous signez avec les signes de la LSF dans un autre pays, elle ne sera pas plus comprise que si vous parliez français dans un pays non-francophone. Il y aura bien sûr des signes proches ou similaires, mais cela restera une langue étrangère. Il y a également quelques différences entre les régions et les départements.

Le LPC : une méthode pour la lecture labiale

La LPC est la Langue française Parlée Complétée. C’est une méthode qui aide les personnes sourdes à lire sur les lèvres mais aussi à oraliser. La configuration de la main définit une consonne et son placement sur le visage, une voyelle. Cela est surtout très utile pour les sosies labiaux, c'est-à-dire pour les phonèmes qui ont les mêmes points d’articulation et qui se dissocient auditivement (ex: p/b/m). Cette aide est reconnue et des professionnels en ont fait leur métier. On les appelle des codeurs LPC. 

5 positions de la main pour signer les voyelles
Affiche sur les 5 positions des mains pour coder les voyelles. © Sourds ressources 

Les signes pour accompagner le développement du langage

Signe avec bébé

La langue des signes peut s’apprendre dès la naissance. Comme le langage oral, plus tôt l’enfant sera baigné dans un univers signé et plus vite il y mettra du sens et l'identifiera comme une langue. Les expressions du visage ont un rôle important car un même signe peut signifier des choses différentes. L’intention et l’attitude appuient le contexte et donnent du sens. La langue des signes est surtout utilisée pour échanger avec les personnes sourdes et ne s’adapte pas directement à notre langage parlé, car sa syntaxe est trop différente. Pour se faire, nous pouvons plutôt utiliser le français signé. Un enfant est capable d’imiter et de produire des signes dès 8 / 9 mois, mais avant cet âge il peut l’associer à son environnement et s’en imprégner pour accéder à la compréhension. Tout cela, les professionnels de la petite enfance l’ont bien compris. Les auxiliaires puéricultrices en crèche, les assistantes maternelles, les orthophonistes popularisent les signes en les utilisant comme soutien au développement du langage oral. Les signes sont donc proposés dès le plus jeune âge pour accompagner l’émergence du langage oral et pour donner un moyen de communiquer plus rapide que le langage parlé. Il s’agit alors de signer les mots clés en même temps que l’on parle. Il s’agit du français signé adapté aux touts petits. Et n’ayez crainte, l’utilisation des signes ne limitera pas l’accès au langage oral. Bien au contraire !

Les signes et les troubles du langage et de la communication

Le français signé : un soutien visuel pour le langage oral

Le français signé est la traduction mot pour mot de notre langage oral avec les signes de la LSF. Ici, les les signes sont posés sur le langage oral et respecte donc la syntaxe du langage parlé. Pour la culture sourde cela est très différent de la langue des signes française. Si le souhait d’une personne sourde est le bilinguisme, c’est-à-dire d’oraliser et de maîtriser la LSF, il pourra être utile d’opter pour le français signé en plus de la LSF. En tout cas, dans un premier temps pour l’aider à apprivoiser la syntaxe du langage parlé. Lorsqu’ on accompagne des personnes avec des troubles du langage ou de la communication, il peut être intéressant d’utiliser le français signé en tant qu’aide visuelle. Le signe sera la visualisation du mot parlé et permettra un meilleur accès au langage. 

La langue des signes : un soutien au langageCommuniquer avec la langue des signes © inclunea ©Thiago Barletta

MAKATON : les signes au service d’un programme d’aide à la communication et au langage

Le Makaton est une méthode conçue pour les personnes présentant un trouble du langage associé à un handicap divers (retard mental, autisme, atteinte neurologique…) C’est un appui au langage oral qui utilise à la fois des pictogrammes et des signes inspirés de la LSF. Parfois ces signes sont simplifiés pour que sur le plan moteur ils soient plus accessibles. 

 

La langue des signes française est riche et dynamique. Elle se popularise et commence à entrer dans nos écoles comme une langue à apprendre au même titre que les langues étrangères. Force de sa proposition visuelle du langage, elle est également devenue un réel support pour compléter un langage oral mal engagé. Alors profitons de cet outil toujours à disposition: nos mains et signons un peu, beaucoup, passionnément !

Retour au blog
1 de 3